Brennilis-doc.jpgCe matin, vendredi 26 novembre 2010, un ancien collègue de Brénnilis, habitant Landeleau m’a appelé. Il est gravement malade, il a de grandes difficultés à se déplacer depuis plusieurs années : Opération de la prostate, dérèglements digestifs avec une poche stomatique. Il a une plaie qui ne se referme pas, due à une » colite micro isotopique ». Les médecins ne peuvent donner une origine à ces « dérèglements ». Le copain souhaiterait avoir son dossier médical nucléaire, il est presque certain que le mal provient d’une forte irradiation qu’il a reçue au cours d’une intervention sur les échangeurs à Brénnilis.

Ceux là même que le nouveau directeur de la centrale dit ce matin, dans la presse, pouvoir démonter sans difficulté dès qu’il recevra l’autorisation. Ce n’est pas lui qui prendra les doses

Je me souvient de cette opération, elle m’avait marqué : on m’avait appelé pour me demander de « fournir » les 3 mécaniciens de mon équipe. « Le service mécanique est à bloc de dose, il faut les appuyer ». 10 minutes chacun. A cette époque on « avait le droit » de prendre jusqu’à 3 rems trimestre . Nous avons partagé les 30 minutes à 7, cela faisait moins pour les 3 mécanos. Je me souviens de cette putain de bride usée par une fuite de CO2 qu’il fallait roder le plus efficacement possible, dans un tuyau, harnaché, en portant un masque, avec la source à hauteur de la tète. La dose prise n’avait « posé aucun problème » (le film de mesure était sur la poitrine, ça faisait moins de dose). Mon médecin avait aussi demandé mon dossier médical il y a quelques années, il n’a jamais reçu de réponse, contrairement à la Loi. Sa lettre a du être perdue… J’ai promis d'aider l'ancien collègue à retrouver son dossier et à témoigner si nécessaire. Peut-être d’autres collègues pourront l’aider aussi ?