décroissance combustible Après three Miles Island, on disait : on s'en est tiré, ça ne se reproduira plus. Après Tchernobyl, on a dit : les "russes" sont à la dérive, ils font n'importe quoi. Maintenant, on commence à dire : l'entreprise privée japonaise qui exploite le réacteur a fait n'importe quoi. En fait c'est une maladie endémique qui risque de perdurer !
Quand on sent que la situation est grave et qu'on nous "embrouille", la seule solution est de faire simple !
Des milliers de personnes vont mourir. soit rapidement sous l'effet de l'irradiation, soit à petits feux à cause de la contamination.
Ce sont les plus faibles, les plus démunis qui payent le plus lourd tribu. Les cadres dirigeants de l'énergie nucléaire au Japon avaient disparu le Week end dernier : ils étaient partis mettre leur famille à l'abri au Viet Nam, en Thaïlande ou plus loin.
Les plus exposés sont les enfants. Plus ils sont jeunes, plus ils vont être touchés. Et il y en a beaucoup qui sont restés dans la zone des 10 à 20 Km, ce qui est "criminel" : ils prennent des doses énormes, leur vie est gravement en danger.
Comment réagir ? : faire fonctionner notre intelligence ! : Pour nous bloquer on nous dit : "C'est compliqué, vous ne pouvez pas comprendre, faites nous confiance !" , et on nous sert des mensonges éhontés :
On nous donne des valeurs complexes mises au point sur des calculs truqués. Depuis 1945, toutes les normes sont contrôlées par un petit groupe qui les trafique : ne vous y fiez pas !
On nous dit : il n'y a pas d'autres solutions : c'est faux ! On nous a déjà fait le coup au moment de Plogoff, nous avons construit le Projet Alter Breton, pour mieux vivre sans pétrole (l'Amoco) et sans nucléaire (Plogoff). Le Plan n'était pas facile à mettre en oeuvre, il fallait évoluer, mais c'était possible : 30 ans après, les chiffres publiés se sont avérés justes et l'Etat commence à peine à mettre quelques mesurettes en oeuvre !
On raconte : ils veulent tout arrêter tout de suite et semer la paguaïe : ce n'est pas vrai! nous disons qu'il faut de 20 à 30 ans pour mettre en place une transition, avec des moyens énergiques, des crédits conséquents, tout de suite !
Pourquoi recule-t-on constamment l'échéance : pour le fric ! le nucléaire est une vache à lait pour un petit nombre et un fardeau pour la majorité ! Et malheureusement, il n'y a pas que les partis "dits de droite" qui temporisent !
Et enfin la plus grosse : on est les meilleurs, ça ne nous arrivera pas ! . C'est malheureusement faux, nous sommes les plus exposés au monde parce que les plus nucléarisés.
L'origine des explosions est connue : ce sont des feux d'hydrogène provenant de la surchauffe du combustible. Les causes sont multiples, on ne pourra jamais les éliminer toutes. Quand un feu d'hydrogène se déclare dans l'industrie, c'est un accident majeur, quand il se déclare dans 100 tonnes d'uranium, c'est l'enfer ! Celui qui s'en approche est un condamné à mort !
Sommes nous à l'abri de la pollution japonaise : malheureusement non.les 400 à 1 000 tonnes de radio éléments qui se dispersent au Japon soit dans l'air à chaque explosion, soit dans la mer lorsque l'on déverse du liquide de refroidissement, vont diffuser, elles ont déjà commencé à diffuser dans le monde entier. Bien sûr la quantité est très faible en France, mais aucune dose n'est inoffensive. et les effets ne sont pas uniquement fonction de la quantité : Nous réagissons suivant notre sensibilité génétique aux produits et cette réaction est variable suivant notre forme du moment. Bien sûr plus il y en a et plus c'est dangereux, mais la diffusion va continuer, la durée de vie des radio élément ne décroit vraiment qu'au bout d'un siècle et la décroissance dure 1000 ans sans jamais disparaitre. (voir la courbe verte ci-dessus).
Comment sortir de ce traquenard ? Exiger d'être informés, remettre en place la démocratie qui est la gestion collective de l'intelligence. On doit cesser de nous prendre pour des ânes et nous donner les moyens de connaitre les danger et de nous en protéger. Indignez vous dit Stephane HESSEL, c'est bien, mais devant la gravité de la situation,
Réagissez ! ayez confiance en vous ! pas aux "ordres venus d'en haut" !